Les 10 grands principes comptables à connaître pour un chef d’entreprise

29 novembre 2021

Les grands principes comptables sont définis par le Code de Commerce et par le Plan Comptable Général. En tant que chef d’entreprise, il est impératif que vous connaissiez ces règles de base pour tenir une comptabilité irréprochable.  

Parce qu’en comptabilité, vous n’avez pas le droit à l’erreur ! La plus infime soit-elle… Pour vous, le cabinet Mosselmans & Associés a listé les 10 grands principes comptables à connaître absolument.  

1. Le principe de continuité d’exploitation

Inscrit dans l’article L123-20 du Code de Commerce, le principe de continuité d’exploitation suppose que l’entreprise va poursuivre son activité au-delà de la date de clôture. Il permet d’enregistrer des amortissements comptables sur plusieurs années.  

En d’autres termes, ce principe permet de reporter les résultats d’un exercice sur les prochains, d’amortir un bien sur le long terme mais aussi d’évaluer les actifs de votre entreprise en fonction de leur valeur d’utilité et non leur valeur liquidative.

 

2. Le principe de permanence des méthodes 

Il consiste à utiliser les mêmes méthodes comptables d’un exercice à un autre afin d’obtenir et travailler sur des données comparables. 

Dans certains cas exceptionnels, il est possible de changer de méthode lorsque la situation de l’entreprise connait une modification exceptionnelle. C’est le cas si ce changement consiste à améliorer la cohérence de vos états financiers. Toutefois, ce changement doit être inscrit dans l’annexe de vos comptes annuels.

 

3. Le principe d’indépendance des exercices 

Pour chaque exercice comptable, l’entreprise doit produire des comptes de manière périodique. Afin de mesurer la performance financière d’une entreprise, il faut se référer au résultat sur une période définie, c’est-à-dire l’exercice comptable. Il s’agit de calculer la différence entre les produits et les charges de l’exercice comptable en question.   

Pour cela, il faut réaliser un inventaire de la valeur des actifs et passifs de votre entreprise à la fin de chaque exercice social. Ces derniers doivent correspondre à l’exercice auquel ils se rattachent. Concrètement, vous devez comptabiliser les factures une seule fois et les rattacher à l’exercice auquel la vente a été réalisée, peu importe la date de facturation.  

 

 

4. Le principe des coûts historiques 

 Le principe des coûts historiques relate l’historique d’une entreprise en termes de comptabilité. Cela signifie que les biens acquis par l’entreprise doivent être enregistrés à leur coût d’acquisition, les biens acquis gratuitement à leur valeur estimée et les biens produits à leur coût de production.  

Si deux entreprises appliquent ce principe, il est donc possible de comparer leur valeur économique. 

 

 

5. Le principe de prudence 

Pour garantir la fiabilité de vos états financiers, le principe de prudence prévoit que la comptabilité d’une entreprise doit reposer sur des appréciations prudentes afin :  

  • d’anticiper la comptabilisation d’un produit
  • d’éviter le transfert d’incertitudes sur des exercices futurs
  • de comptabiliser une charge au-delà d’un exercice comptable

 

6. Le principe de non-compensation

Relatif aux actifs et passifs du bilan, le principe de non-compensation interdit de les fusionner. En effet, chaque opération comptable doit être traitée de manière distincte 

 

 

7. Le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture 

 Le principe d’intangibilité suppose que le bilan d’ouverture doit être identique au bilan de clôture de l’exercice n-1. Certaines entreprises sont exemptées de cette règle notamment les entreprises libérales et les micro-entreprises.  

 

 

8. Le principe de la prééminence de la réalité sur l’apparence 

 Le fond d’une information prévaut à la forme. Il est préférable de miser sur la réalité financière et économique plutôt que sur la forme juridique. Chaque opération doit être enregistrée dans la transparence et conformément à leur nature économique et financière.  

 

 

9. Le principe de bonne information 

Les informations enregistrées doivent être justes, complètes et claires pour permettre aux lecteurs d’interpréter les documents comptables de la meilleure des manières.  

 

 

10. Le principe d’importance relative 

Ce principe est lié à celui de bonne information car il impose sincérité et pertinence de l’information comptable enregistrée. Il s’agit de communiquer toutes les informations susceptibles d’influencer (positivement ou négativement) ou de modifier une décision au sein de votre entreprise. En tant que chef d’entreprise, c’est à vous de déterminer l’importance d’un événement.  

 

 

Le respect de tous ces principes comptables est le garant d’une comptabilité fiable de votre entreprise. Afin de vous aider à tenir une comptabilité conforme à la législation, le cabinet Mosselmans & Associés vous propose un accompagnement sur-mesure.  

Vous souhaitez un suivi de comptabilité adapté à votre secteur d'activité et vos projets ?

Rate this post