Prévoyances retraites : les conseils de notre partenaire generali

28 septembre 2021

Comment bien préparer son départ à la retraite ? Comment s’articule la retraite complémentaire avec la retraite de base ? Quels sont les tendances pour l’avenir ? Catherine Michaud, conseillère en protection sociale au sein du groupe Generali, a accepté de répondre à toutes nos questions au sujet des prévoyances retraites.  

Quelles sont les principes de la retraite de base et de la retraite complémentaire ? Comment s’articulent-elles entre elles ?  

 

La retraite de base se constitue sur les 25 meilleures années. Elle repose sur un taux de liquidation de la pension qui correspond au pourcentage appliqué sur le revenu de référence et qui est au maximum de 50%. Il s’agit de pensions de base plafonnées et relativement limitées. En 2021, le plafond de la retraite de base s’élève à 1714 euros brut par mois, soit 50% du plafond mensuel de sécurité sociale.  

Les retraites complémentaires sont bien plus souples avec un système de régime à point. En fonction de notre rémunération, nous allons générer des points qui donnent des droits acquis complémentaires pour la retraite. En 2021, cette retraite complémentaire est plafonnée à huit fois le plafond annuel de la sécurité sociale, ce qui correspond à un maximum de 27 424 euros par mois. 

Au sein de ces retraites complémentaires, nous retrouvons la pension de réversion, qui correspond à une partie de la retraite dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l’assuré décédé. Cette pension est accordée sans condition de ressources, contrairement au régime de base, qui lui est sous condition de ressources avec des plafonds très bas. La pension de réversion s’élève à 21 320 euros par an pour une personne seule, acquise aux ayants droits mariés : elle est égale à 60% de la retraite complémentaire contre 54% sur le régime de base.
 

Bon à savoir 💡  Notre système de retraite repose sur le principe de répartition, c’est-à-dire, que les cotisations versées par les actifs servent à payer les pensions des retraités. Ce principe de solidarité entre générations peut également être complété par des dispositifs de retraite par capitalisation. La capitalisation va permettre aux actifs d’aujourd’hui d’épargner en vue de leur propre retraite.   

Quelles sont les démarches à suivre pour préparer son départ à la retraite ?  


Aujourd’hui, la démarche est relativement simplifiée grâce à la plateforme en ligne inforetraite.fr depuis laquelle chaque personne peut accéder à son relevé de situation carrière (RIS) et son estimation indicative globale (EIG). 

Il faut savoir que chaque personne reçoit son relevé de situation de carrière (RIS) à partir de 35 ans, directement à son domicile. Cela permet à chacun de vérifier les trimestres manquants. Souvent, il y a des manques et des oublis sur ces relevés de carrière, c’est pourquoi il faut conserver ses fiches de paie de manière à pouvoir faire valoir ses droits. Il faut tout conserver, et au mieux, numériser les preuves de vos trimestres déjà effectués. Nous conseillons d’aller vérifier une fois par an sur inforetraites.fr que tous les trimestres manquants ont été rajoutés.

L’estimation indicative globale (EIG) n’est disponible qu’à partir de 55 ans, mais donne une idée plus concrète de la rémunération que nous pouvons percevoir. C’est avec cette EIG qu’il est possible de calculer la décote, la surcote et le taux plein. Prenons un cas concret : un départ à la retraite à 62 ans. Dans ce cas, le régime complémentaire prévoit une décote de 10% sur trois ans. Si nous faisons un an de plus dans ce même régime, nous figeons notre retraite à 63 ans.  

Comment peut-on connaître sa rente au moment de la prise de retraite ?  


Comme nous l’avons vu précédemment, le site inforetraites.fr permet déjà de connaître ce montant. Il existe également le simulateur M@rel qui permet d’obtenir une simulation, brute ou nette avant imposition, du montant de sa retraite.
 

 

Mon travail consiste à réaliser des études de retraites et à communiquer les montants acquis au sein de ses retraites de base et complémentaires. Il s’agit aussi d’estimer à partir de quel âge la personne peut prétendre à sa retraite. En réalisant ces études de retraites, le client en sait davantage sur la nature de la sortie à laquelle il peut prétendre : le cumul emploi retraite, la retraite progressive, la décote, la surcote ou la pension de réversion. 

Comment peut-on connaître sa rente au moment de la prise de retraite ?  

Pour anticiper sa retraite, le plus tôt est le mieux. Il faut constituer une épargne assez tôt. Mais surtout, l’essentiel est d’avoir connaissance de toutes les solutions d’assurance possibles qui s’offrent à chaque assuré, en fonction de chaque statut. 

Avec la nouvelle réforme des retraites en cours, quel est le scénario le plus probable selon vous ?   


Une chose est sûre, nous allons vers une réforme des retraites qui n’est pas prévue dans l’immédiat mais plutôt après les élections présidentielles 2022. Cependant, un nouveau rapport de la Cour des Comptes a été publié le 15 juin 2021 et préconise la nécessité de nouvelles adoptions des règles de départ à la retraite afin de redresser les finances publiques. Cela passerait notamment par un relèvement de l’âge de départ à la retraite. 
 

Pendant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait annoncé son ambition d’harmoniser les 42 régimes de retraite actuels dans un régime universel reposant sur un système à point. Avec ce nouveau régime, chaque euro cotisé donne les mêmes droits à la retraite pour chacun, quel que soit le statut de celui qui a cotisé.   Au-delà des aspects techniques et des futures réformes successives à venir, une bonne appréhension de notre système global entre régime obligatoire, régime de base, régime complémentaire et retraite facultative est indispensable. C’est la raison d’être du métier d’expert en protection sociale.  

D’une manière générale, les taux de remplacement ont tendance à diminuer. La réalité démographique de notre pays rend plus que nécessaire une optimisation des dispositifs existants afin de conforter sa retraite individuelle future via un diagnostic personnalisé avec l’appui de l’expert-comptable et notre accompagnement. 

Le groupe Generali et le Cabinet Mosselmans & Associés   


Catherine Michaud a pour mission le développement et l’accompagnement d’une clientèle de professionnels et d’entreprises au sein d’une entité du groupe Generali : France Assurance Conseil. Le groupe est également partenaire privilégié de l’institution de prévoyance Klesia.
 L’essence même du partenariat entre Mosselmans & Associés et Generali repose sur la mission de Catherine Michaud : apporter aux clients du cabinet des solutions complètes en prévoyance santé et retraite 

« Cette mission de conseil et d’accompagnement s’effectue avec une anticipation, une analyse des besoins, une réactivité, une proximité et une optimisation des solutions d’assurance. Je m’engage à respecter la conformité juridique, fiscale et sociale des solutions apportées dans le but d’une action durable avec une relation tripartite entre le cabinet Mosselmans et son client. »

Contactez-nous

Vous souhaitez un suivi de comptabilité adapté à votre secteur d'activité et vos projets ?

Rate this post