Le rôle de l’expert-comptable dans la comptabilité des micro-entreprises

6 octobre 2021

Vous avez créé votre micro-entreprise et vous vous demandez s’il est nécessaire de faire appel à un expert-comptable ? La comptabilité des micro-entreprises est plus simple car elle compte moins d’obligations que les entreprises à statut. Toutefois, le soutien d’un expert-comptable peut s’avérer précieux, aussi bien pour assurer les activités ordinaires de l’entreprise que pour accompagner son développement.

Qu’est-ce qu’une micro-entreprise ?

Le micro-entrepreneur est un professionnel au statut d’entrepreneur individuel, ayant souscrit à des régimes fiscal et social simplifiés.

Contrairement à l’EURL ou encore la SARL, la micro-entreprise n’est pas un statut. Elle correspond à un régime donnant lieu à un certain nombre d’avantages pour le créateur, notamment en ce qui concerne la comptabilité des micro-entreprises.

Ce régime se caractérise par :

  • des démarches de création d’entreprise allégées ;
  • l’application du régime micro-social pour le paiement simplifié des cotisations sociales ;
  • une activité professionnelle intégrée à la déclaration pour l’impôt sur le revenu.

Quelles sont les conditions de chiffre d’affaires pour accéder au statut de micro-entrepreneur ?

  • 176 200 € pour les revenus des BIC (bénéfices industriels et commerciaux : vente de marchandises, vente à consommer sur place, fourniture de logement ;
  • 72 600 € pour les revenus dits « BNC » (bénéfices non commerciaux), incluant notamment la prestation de services.

Ces 2 seuils sont appliqués conjointement en cas d’activité mixte. Les prestations de service sont donc limitées à 72 600 €, avec un total de chiffre d’affaires plafonné à 176 200 €.

Toutefois, il est désormais possible pour une micro-entreprise d’être assujetti à la TVA en dépit d’un chiffre d’affaires situé sous les seuils précédemment cités. Les seuils d’assujettissement à la TVA sont en effet restés les mêmes :

  • 85 800 € pour les BIC ;
  • 34 400 € pour les BNC.

Quels sont les spécificités de la comptabilité des micro-entreprises ?

Les micro-entreprises bénéficient d’une comptabilité simplifiée. Les micro-entrepreneurs profitent en particulier d’une dispense de bilan. Ainsi, leurs obligations comptables se résument à la création et au suivi de deux documents :

  • Le livre-journal des recettes : un document reprenant l’ensemble des recettes enregistrées par l’entreprise, factures à l’appui.
  • Le registre des achats : cette obligation n’est imposée qu’aux micro-entreprises réalisant une activité de vente de marchandises, de fournitures, de denrées à consommer sur place ou à emporter, et de prestation d’hébergement.

La comptabilité des micro-entreprises est donc accessible à tout entrepreneur souhaitant se lancer à son compte. S’y ajoutent les obligations liées à la facturation, et à la création d’un compte bancaire distinct pour gérer l’ensemble des transactions financières de l’entreprise.

Faut-il faire appel à un expert-comptable pour la gestion de sa micro-entreprise ?

Si votre activité commerciale se résume à la tenue d’un livre-journal de recettes et que vous estimez pouvoir boucler votre comptabilité en quelques heures chaque mois (ou chaque trimestre), l’apport d’un expert-comptable peut vous paraître superflu.

Toutefois, il existe différentes raisons pour lesquelles l’intervention d’un tel spécialiste apporte de réels avantages.

Créer votre micro-entreprise

Etes-vous bien sûr que le régime de la micro-entreprise est le plus indiqué pour votre activité ?

Au stade de la création, un cabinet d’expert-comptable peut vous aider à déterminer le statut et les régimes fiscal et social qui correspondent le mieux à votre projet. Et vous assister dans toutes les formalités de déclaration correspondantes.

Gagner du temps

Lorsque son activité se porte bien, l’auto-entrepreneur, qu’il soit artisan, prestataire de services ou encore commerçant, exécute de nombreuses tâches quotidiennes et ne compte pas ses heures.

Pour devenir rentable, l’activité en entreprise individuelle nécessite souvent d’être présent sur tous les fronts. Or, la tenue d’une comptabilité rigoureuse exige du temps. Un temps de travail souvent inquantifiable, et qualifié d’improductif, dans le sens où il ne rapporte rien.

Missionner un expert-comptable pour la tenue de la comptabilité de votre micro-entreprise permet donc au chef d’entreprise de dégager du temps pour se concentrer sur ses activités rémunératrices, ou encore sur la prospection de nouveaux clients.

Être plus rigoureux

La comptabilité des micro-entreprises a beau être simplifiée, elle ne doit pas pour autant être négligée. Combien d’auto-entrepreneurs ont-ils subi les conséquences d’une comptabilité mal tenue, lacunaire, voire délaissée depuis des années ?

En outre, la précision de vos chiffres détermine le montant de vos cotisations sociales, de votre impôt sur le revenu et de vos cotisations retraite. Mieux vaut donc ne pas commettre d’erreurs !

Se préparer à un contrôle

De nombreux chefs d’entreprise vivent dans l’angoisse d’un contrôle et d’un éventuel redressement. Pourtant, l’annonce d’un contrôle fiscal ou d’un contrôle de l’URSSAF ne signifie pas obligatoirement que vous allez perdre de l’argent.

Toutefois, mieux vaut prévenir que guérir. Une comptabilité claire et bien tenue, ainsi que la préparation de tous les documents comptables et justificatifs nécessaires, ne peut que faciliter le travail du contrôleur. Et écarter tout risque d’ambiguïté ou d’incompréhension.

Préparer un éventuel changement de régime

Votre entreprise individuelle peut remporter du succès : c’est tout le mal que nous lui souhaitons ! Et si votre chiffre d’affaires semble près de dépasser le seuil des 72 600 € ou des 176 200 €, c’est qu’il est grand temps de réfléchir à l’avenir.

Car le dépassement de seuil de chiffre d’affaires au cours de 2 années consécutives entraîne automatiquement le passage du régime micro au régime réel d’imposition. Cependant, votre statut ne change pas : EI vous étiez, EI vous restez !

Le passage au réel implique différentes modifications dans votre comptabilité, et notamment en ce qui concerne vos obligations fiscales.

En outre, même en auto-entreprise au régime micro, votre chiffre d’affaires peut dépasser le seuil de la franchise en base de TVA :

  • Il s’élève à 34 400 € HT pour les micro-entreprises d’artisans et les professions libérales ;
  • Ce seuil passe à 85 800 € pour les commerçants en auto-entreprise.

En cas de dépassement de seuil, votre entreprise peut bénéficier d’une tolérance (seuil majoré). Toutefois, si vous vous situez de nouveau dans le seuil de tolérance l’année suivante, vous devrez commencer à collecter et à restituer de la TVA dès le 1er janvier de l’année qui suit. Une nouvelle démarche qui peut s’avérer chronophage pour vous.

La comptabilité des micro-entreprises, très simplifiée pour encourager la création d’entreprise, n’est cependant pas figée dans le temps. Votre expert-comptable peut vous aider à accomplir toutes vos formalités : création, déclarations, versements, etc. Il peut également vous apporter un soutien stratégique de gestionnaire au moment de faire évoluer votre activité !

Vous souhaitez un suivi adapté à votre secteur d'activité et vos projets ?

Rate this post