Comment tenir une comptabilité d’infirmier libéral ?

14 septembre 2022

L’activité d’un infirmier libéral ne lui laisse guère le temps de se pencher sur sa comptabilité. Celle-ci peut toutefois présenter des particularités et des difficultés qui compliquent l’exercice professionnel. Faire appel à un expert-comptable peut vous permettre de mieux vous consacrer à vos patients. Toutefois, même avec un spécialiste à vos côtés, il est important de connaître certains principes essentiels de la tenue de comptabilité IDEL. 5 conseils pour ne pas vous perdre.

Bien connaître les obligations comptables liées à votre régime fiscal

Comptabilité de trésorerie ou comptabilité commerciale ? Imposition à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu ? Pour vous repérer dans votre situation fiscale et vos obligations, vous devez connaître précisément les spécificités de votre régime fiscal.

Pour rappel, les infirmiers libéraux peuvent souscrire à différents régimes au choix :

  • Le régime micro-BNC, qui présente la comptabilité la plus simplifiée, mais qui vous impose de ne pas dépasser 72 500 € de chiffre d’affaires annuel.
  • Le BNC, exigeant la tenue d’un livre-journal, d’un bilan et d’un compte de résultat.
  • En EIRL, vous devez tenir à la fois une comptabilité commerciale et une comptabilité de trésorerie. Vous vous engagez ainsi à présenter un bilan, des comptes de résultat et une annexe annuels.

Utiliser un compte bancaire professionnel pour votre activité d’infirmier libéral

Un compte bancaire à usage professionnel vous permet de mieux opérer la distinction entre dépenses d’ordre privé et mouvements de trésorerie liés à votre profession d’infirmier libéral. Il vous permet de clarifier votre comptabilité, et de mieux anticiper les besoins et les difficultés.

Attention cependant ! Un compte bancaire à usage professionnel peut très bien être un compte courant traditionnel. Il s’agit simplement d’un compte distinct de votre compte personnel. Les banques ne manqueront pas de vous présenter leurs offres professionnelles, avec des options spécifiques. Les frais peuvent s’avérer plus élevés que pour un compte classique, alors restez vigilant !

Automatiser ce qui peut l’être, et faire appel à un expert-comptable pour le reste

La question du comptable IDEL est fréquente en début d’activité. Devriez-vous faire appel à un expert-comptable pour mieux gérer votre activité d’infirmier libéral ?

Une bonne solution pourrait être d’opter pour une comptabilité mixte :

  • Automatiser l’édition de vos documents comptables et la gestion de vos mouvements de trésorerie par le biais d’un logiciel comptable spécialiste des cabinets infirmiers et IDEL indépendants.
  • Se rapprocher d’un cabinet d’expertise-comptable pour la vérification de ces documents. L’expert-comptable s’assure de la conformité de vos documents, et peut vous conseiller afin d’optimiser votre impôt.

Il existe différents logiciels qui peuvent correspondre à vos besoins en termes de comptabilité : Indy, Cegid, Vite ma compta… Leurs tarifs et leurs domaines de compétences sont plus ou moins importants, aussi est-il conseillé de bien comparer les offres avant de s’engager. Faites la liste précise des services dont vous ne pouvez pas vous passer, de manière à adopter la formule la plus conforme à votre quotidien professionnel.

Conserver factures et justificatifs

Nous ne le répéterons jamais assez, mais la conservation de tous vos justificatifs de paiement et de vos factures acquittées est indispensable.

Pour plusieurs raisons :

  • De nombreuses charges professionnelles peuvent être déduites de votre résultat d’IDEL. Il s’agit notamment de votre loyer et de vos charges locatives, de vos dépenses en location de matériel, des primes d’assurance pour les locaux du cabinet, des factures de chauffage, de gaz, d’électricité… Renseignez-vous sur la liste précise de ces dépenses déductibles, ou solliciter un expert-comptable spécialisé dans l’activité d’infirmier libéral.
  • En cas de contrôle, vous devez pouvoir présenter la preuve de vos frais professionnels déductibles, ainsi que les factures envoyées par vos fournisseurs.

Attention, un simple ticket de CB ne suffit pas à justifier votre paiement en tant que charge professionnelle. Il s’agit simplement du justificatif du moyen de paiement utilisé.

Adhérer à une AGA ou une OMGA

L’adhésion à une AGA ou une OMGA peut vous permettre d’économiser une somme non négligeable, aussi est-il important de connaître le rôle de ces organismes.

Eviter une majoration de 25 % de votre résultat fiscal

En tant qu’infirmier libéral, vous devez déclarer votre résultat fiscal, les plus-values, les exonérations et abattements pratiqués, ainsi que toutes les annexes, sur un formulaire appelé 2035.

Par défaut, l’administration fiscale majore de 25 % ce résultat. Votre impôt sur le revenu peut donc s’en trouver augmenté.

C’est ici que les AGA entrent en scène.

Qu’est-ce qu’une AGA ?

Une association de gestion agrée regroupe des professionnels dont la mission est de vérifier la cohérence de votre déclaration 2035.

L’AGA (ou OMGA, organisme mixte de gestion agréé) a pour rôle d’informer l’administration fiscale de votre situation et vos revenus professionnels et de vérifier la conformité des données transmises. Elle vous permet d’éviter cette majoration de 25 % de votre résultat fiscal.

Une autre solution…

Vous pouvez également contacter un expert-comptable, à condition que celui-ci ait conclu un accord avec l’administration fiscale afin de remplir les mêmes missions qu’une AGA. Il peut être intéressant d’anticiper cette question au moment de choisir votre expert-comptable.

Vous souhaitez un suivi de comptabilité adapté à votre secteur d'activité et vos projets ?

Rate this post